la paz :

du freestyle, des marchés et un téléphérique !

Après cette magnifique excursion au cœur du Sud Lipez pour découvrir ces fantastiques paysages et le fameux Salar d'Uyuni. Nous rejoignons la capitale bolivienne grâce à un bus de nuit (et oui encore un, on y prend goût)

la paz, une ville qui prend de la hauteur !

La Paz est la capitale la plus haute du monde, elle est construite sous forme de cuvette où plein de petites maisons orangés recouvrent ces flans de montagne. Pour un séjour à La Paz, il faut être en forme et avoir de bons mollets car les rues ne cesse de grimper. Et puis on est toujours à plus de 3800 mètres d'altitude alors nous sommes vite essoufflés. Le meilleur moyen de se rendre compte de l'ampleur de la ville est d'emprunter un téléphérique et y admirer la vue.

une belle cacophonie !

La ville est une vrai fourmilière. Ca grouille de partout entre les collectivos, les taxis, le bruit des Klaxons et les habitants, La Paz nous aura fait tourner la tête.

Niveau marchés la capitale bolivienne n'est pas en reste, il y'en a à tous les coins de rue. On aura adoré se balader au cœur des marchés traditionnels qui s'étendent sur des kilomètres et des kilomètres. Faire nos emplettes aux marchés artisanaux où une multitude de souvenirs, de vêtements et de tissus multicolores sont vendus. Et tomber sur de surprenants marchés qui auront retenu notre attention comme celui des sorcières, où sont entreposés des bébés lamas séchés et tous types de potions qu'on ne s'est pas risqué de tenter. 


une surprise de taille !

Le moins que l'on puisse dire c'est que La Paz ne laisse pas indifférent. Notre étape bolivienne aura été marqué par de belles rencontres surtout pour Corentin. Après une journée de visite de la ville, c'est en rentrant tranquillement à notre auberge qu'on a aperçu un terrain de foot gonflable sur une grande place. Sous nos yeux, un évènement de street soccer où tous les freestylers Boliviens étaient présents !

" Quelle surprise de pouvoir partager ma passion à l'autre bout du monde !

 

Après avoir échangé quelques gestes ensemble, je leur ai fait une petite démonstration. L'ambiance était géniale et le public hyper réceptif. J'ai même eu le droit à une petite séance photo et dédicace avec tous les enfants sur place, un souvenir mémorable.

Mais ça ne va pas s'arrêter là... L'organisation m'explique alors que le lendemain c'est le premier championnat officiel de Bolivie et me propose d'être juge. Une chance énorme pour moi, j'accepte sans hésiter !

 

Entourés de juges Vénézuéliens, Argentins et Boliviens, j'ai pris un plaisir fou à regarder et juger les freestylers. Le niveau vraiment fort et une mentalité au top m'a rappelé mes tous premiers championnats de France à Royan. Pour finir Il a même fallu que je donne une interview en espagnol, moi qui parle seulement 3 mots je vous laisse imaginer la galère ahah "

Après cette étape citadine, nous partons direction le Lac Titicaca pour prendre une bonne bouffée d'oxygène au cœur de la nature.